Namibie : Le Kunene, rencontre avec le peuple Himba.

Namibie, 2018. De Opuwo à Swakopmund, nous avons traversé la région du Kunene. Anciennement divisée en deux régions, le damaraland et le Koakoland, aujourd’hui ces deux régions ne forment plus qu’une : le Kunene dont la capitale est Opuwo.

Cette région est fascinante tant par sa culture, son peuple et la beauté de ses lieux. Nous avons pris 5 jours pour parcourir les paysages époustouflants de cette région.

La Namibie offre, en plus des paysages désertiques et l’observation des animaux, la possibilité de rencontrer un peuple ancestral dont la culture et le mode de vie sont radicalement différents de ce que l’on peut connaître. Loin du tumulte touristique, nous sommes allés à la rencontre des Himbas en toute intimité grâce à une rencontre étonnante.

Opuwo

Une fois sortie des grandes plaines à perte de vue d’Etosha et de la réserve d’Hobatere, vient un paysage plus montagneux et sec. Prochaine étape : Opuwo. Capitale du Kunene, où Himbas et Herero se mêlent dans les deux rues principales de la ville.

Magasins alimentaires, stations essences et marché artisanal font la renommé d’Opuwo. Les gens viennent se ravitailler en eau, en nourriture et en essence, et font parfois même des dizaines de kilomètre à pied pour se rendre dans cette capitale.

La ville est poussiéreuse et rustique mais on sent enfin l’Afrique un peu plus profonde loin du tourisme des parcs naturels.

Rencontre avec le peuple Himba.

Nous sommes partis d’Opuwo tôt le matin en direction du sud vers les montagnes du Damaraland. Le prochain campement : Le Kowarib Campsite, non loin du fleuve Kowarib. Sur la route, les camps de Himba défilaient sous nos yeux. L’envie était grande d’aller à leur rencontre mais nous avions peur d’une part de les déranger et d’autre part de la barrière de la langue. Effectivement le peuple Himba parle leur propre dialecte, très proche de celui des Héréro.

Une fois arrivés au camping, nous nous sommes décidés à demander à l’accueil du camping s’il était possible de rencontrer le peuple Himba sans passer par “une visite guidée touristique”. Je précise que le camping était tenu par des locaux. Après un petit temps de compréhension, on comprend qu’elle peut nous guider dans un camp à une vingtaine de kilomètres du camping et nous présenter à une famille Himba qu’elle connaissait bien. Bingo!! Le rendez-vous était pris après son service. Nous sommes partis avec notre 4×4 pour environ 30minutes de piste, belle occasion d’en apprendre un peu plus sur notre guide. Elle nous racontait qu’elle faisait effectivement partis de la communauté Herero et sa famille habitait à quelques kilomètres du camping. Elle nous a partagé quelques mots du dialecte Himba/Herero pour bien nous préparer à la rencontre.

Une fois arrivés sur place, notre guide a demandé dans un premier temps l’autorisation à la chef de la communauté, si elles voulaient bien nous accueillir pour quelques heures. De grands sourires s’installent, la rencontre pouvait commencer.

Cet instant était intense, elles nous ont montré leur habitat, expliqué leur façon de vivre, leurs coutumes. Nous avons échangé des regards, des gestes. Nous n’oublierons jamais cette échange.

Twyfelfontein et le Brandberg White lady

Sur la route en direction du Damaraland, les paysages changeaient encore et devenaient plus rouge et montagneux. Nous avons fait escale à deux endroits dans le Damaraland : Première étape, Twyfelfontein pour visiter le site archéologique et les peintures rupestres. Deuxième étape, au pied du Brandberg White lady.

Plusieurs parcours pédestres sont prévus sur le site archéologique de Twyfelfontein suivant votre niveau. Toute la visite se fait à pied accompagnée d’un guide. Nous avons opté pour le grand tour afin de contempler toutes les peintures rupestres datant d’environ 6000 ans. Le site est grandiose et situé au pied d’une falaise de pierre rouge, de quoi se sentir tout petit.

Le brandberg white lady est un massif au sud du Damaraland. Il abrite aussi des peintures rupestres dont la célèbre peinture de la dame blanche. Etant donné que nous avions déjà vu les peintures la veille, nous avons plutôt opté pour une visite du désert du Damaraland. Nous sommes partis avec un guide local en 4×4 à travers le désert montagneux jusqu’au pied d’une petite falaise. Nous sommes montés sur celle-ci pour avoir une vue dégagée pour contempler le coucher de soleil s’abattre sur le paysage infini du Damaraland, on en a pris plein les yeux.

Nos logements d’Opuwo à Swakopmund :

Laisser un commentaire